Formule de politesse à la con, car bien évidement on n'imagine pas X répondre à Y qui la lui pose "Oh non, pas trop, asseyons nous et laisse moi de raconter mes malheurs" .

Souvent tenté de répondre "Ta gueule" ou "Qu'est ce que ça peut t'foutre ? " , stoïque, conditionné : je répond : "ça va" .

Savez-vous qu'on pose même cette questions au cancéreux en phase terminale ?
"- ça va?
- Génial oui, je vais crever au soin palliatifs et puis mon cadavre sera brûlé dans un four. Et toi ?"

Ce qui m'horripile le plus dans ces exagérations de fausses compassion, c'est le "Mais tu crois qu'il me demanderait comment ça va? " lancé lors d'une conversation, parce-que , sachant qu'on s'en branle de toute manière, on choisit de ne pas être hypocrite et de ne pas demander du tout.
Tu me forces? Ok : "ça va? "  Mais si tu me dis "non" je me barre, je te préviens. J'en ai rien à foutre de tes problèmes à la con, j'ai les mêmes à la maison et peut-être en pire, permets que je les fasse passer avant les tiens.
En plus tu m'emmerdes.
Ton soucis existentiel du jour c'est de choisir la couleur de la moquette que tu vas poser au plafond.
Le mien , c'est de trouver une bonne raison de ne pas m'enfoncer le canon de mon calibre 12 dans la bouche pour décorer joliment les murs de mon appartement.
Mais ça tu t'en fous, puisque j'ai répondu "ça va oui" à ta question.

Si un jour je me flingue, à mon enterrement , on pourra voir des tas de visages affligés se confiant l'un à l'autre "combien ils avaient perçu chez moi que ça n'allait pas".
Alors pourquoi m'avoir cassé les burnes à me poser la question si vous saviez? Par sadisme?

"ça va", ça se demande quand on y croit. Quand on est vraiment intéressé par la réponse. Et si on l'est, on ne se contente pas d'un "oui" qui met fin à la discussion, on insiste, on demande des précisions.
Quand je vais voir ma mère, que je lui demande si "ça va", ça n'est pas une formule de politesse car tous les mots retrouvent leur sens initiales.
Autrement dit "Comment ça va? Ta santé? Avec papa? Ton sommeil? Tes chats?" c'est à dire tout ce qui lui tient à coeur, tout ce dont se foutent 99% de ceux qui lui demandent si "ça va" .

"ça va" .
Je respecte plus ceux qui, d'un air circonspect objectent : "Oh... ça n'a pas l'air d'aller".
Ouverture d'une conversation basée sur un constat personnel mais qui de toute façon finie par un "si si ... ça va" .

Evidement, celui qui ne "va pas" ne le dit pas, encore moins quand on le lui demande parce-que c'est une formule de politesse.
Hypocrisie puissance 10 : " Oh mais t'as l'air d'aller super bien dis-donc!" dit l'abruti congénital au futur défunt. 
Autant dire à un cadavre "Comme tu as bonne mine!" 

"Dis merci! Dis au revoir ! Dis bonjour à la dame! Demande si ça va!"

Autant "merci, bonjour, au revoir, bonne continuation" me paraissent des formules banales et appropriées à de courts échanges entre un commerçant et son client, autant "ça va" m'agace au plus au point.

"ça va", c'est finalement une question très personnelle. C'est une entrée directe dans la vie intime de celui à qui on la pose.

Imaginez que l'on remplace "ça va" par une autre question personnelle?

"Alors Jean, ta femme se fait toujours bourrer par ton beau-frère? Tu le vis comment?"
Bien plus précis et croustillant qu'un banal "ça va" qui n'attend aucune réponse et n'en veut surtout pas.

Il ne faut pas se faire d'idées. Le "ça va " sert à conjurer inconsciement la bonne conscience du connard qui questionne.
Quant au "Mais tu croirais qu'il nous demanderait si ça va?" , ça n'est qu'une manoeuvre qui tente à démontrer si oui ou non l'interlocuteur se soucie du demandeur.
Manoeuvre vaine, car la plupart du temps, la personne se reprend, demande si "ça va" tout en se foutant royalement de la réponse, et passe à autre chose rapidement.

"Alors, ça va mon vieux Claude?"


"Oh non ... Ma mère est décédée le mois dernier, mon père - qui est a l'hopital dans le coma- n'a pas payé la dernière traite de la maison, je ne sais où trouver l'argent pour les obsèques, et moi même ... On m'a diagnostiqué une tumeur au cerveau. Et puis, tu sais, ma soeur.... Elle se prostitue. Son mac la bat régulièrement parce-qu'elle lui rapporte moins que les putes albanaises du même quartier....
Je suis au bout du roulot..."

"... Ta soeur se prostitue tu as dit? "
" Heu... Oui."
"Et elle bosse dans quel quartier? "

Et vous, ça va ?